Intersémiotique

De Saint-Vincent
Aller à : navigation, rechercher


Le monde diginumérique n'est en fait que le monde habituel avec une augmentation progressive de nos moyens de facilitation :

  • automatiques (hardware),
  • informatiques (software)
  • télématiques (on partage un serveur) et multimatiques (on partage un réseau) (brainware : le travailler ensemble).

Le problème principal du brainware est de s'entrecomprendre, donc d'employer des mots dans le même sens, de disposer d'un vocabulaire et d'une grammaire qui couvre l'ensemble de nos besoins d'échanges "humanumériques" qui sont nouveaux. La discipline commune de ces besoins est la sémiotique, la science des signes et des signaux, et l'intersémiotique la science des échanges qui les utilisent, à notre époque :

  • entre hommes (langues naturelles) et machines (protocoles et intelligence et langues artificielles) ;
  • pour échanger des informations (niveau données) et du sens (contexte sémantique).

C'est dans ce sens que l'on parle de "NTICS" (ou NTIX) pour "nouvelles technologies de l'information, de la communication, de la sémantisation et des services étendus".

La recherche réseau à ce niveau d'échanges parle de l'"intersem".