Leçons d'expériences

De Saint-Vincent
Aller à : navigation, rechercher


Le projet SV2BNET cherche à savoir si, et comment, un village perimétropolitain de moins de 1000 habitants peut, utilement, à moindre frais et implications, tirer localement avantage de l'internet.

  • L'idée première était d'étudier la possibilité de susciter un opérateur local reconnu pour regrouper les abonnements, obtenir un meilleur débit fiable en 4G et tisser des relations pour mettre en place une plateforme d'hébergement sûre pour favoriser des implantations de TPE en "BIMBY 3.0". Pour cela une alliance objective de compétences avec les membres de l'opérateur libre Iloth et de l'association Montpellibre et une reprise d'un projet antérieur de teleurbanisme semblaient utile.
  • Il s'avére que le contexte de compétences numériques montpellierain est fortement orienté vers les aspects mathématiques et informatiques (LIRMM et aides aux start-ups) et vers les théories des humanités numériques (UX, télémédecine, étude comportementale des résidents, communications) mais pas encore vers une technologie de confiance qui puisse s'intégrer au quotidien des vincenots, et à une utilisation domestique de chacun, et qu'à ce jour cette technologie n'existe pas.


Deux axes ont donc été poursuivis.

  • la continuation de l'amélioration de la propostion télématique actuelle où le Webtel (sensible aux hackers) et le Mobtel ont succédé au Minitel : on se connecte à des serveurs maîtres (GAFGovs) dont on reste les clients. La proposition a été éditoriale et elle a manifestemet été utilisée comme un portail utile.
  • le "titillement" des standardisateurs américains pour obtenir le retour des concepts architecturaux que nous avions fait mondialement accepter et dont ils se sont industrialement protégés en ... 1986. Ceci donne des résultats et va faire basculer l'informatique et le diginumérique vers une multimatique de confiance : les logiciels, les standards et les prises de conscience s'accumulant, encore faiblement mais certainement signficiativement (le processus normatif est lent) depuis quelques mois.


La bonne nouvelle est que ce retour au bon sens scientifique, éthique et technologique (on parle de sapience comme un commun partagé) mets l'innovation à la portée d'un bien plus grand nombre et d'une aide bien plus large et à portée de compréhension de tous.


La balle est en train de rebondir dans ce que l'on appelle la "recherche citoyenne", c'est à dire dans notre camp. Pour cela :

  • il a été suscité un acteur sociotechnologique métropolitain de réflexion, de travail et d'alliances : l'association "MontpelNet.