ZED

De Saint-Vincent
Aller à : navigation, rechercher



Zone d'Equipement Digitale

Economie/Exploitation/Expérimentation/Entraide/Emploi
de Saint-Vincent de Barbeyrargues


Section locale de l'association 1901 ZED - Zones d'Equipement Digitales

.

Cette section a pour propos l'exploration de la création d'une SCIC (coopérative d'intérêt collectif) de services étendus locaux aux vincenots utilisateurs de solutions domolabotique (maison et entreprise, en particulier dans le cadre d'une réponse BIMBY 3.0 à un PLU et des OAP où les aspects digitaux et numériques n'ont pas été suffisament pris en compte.



REJOINDRE LA ZED DE St-VINCENT


La ZED de Saint-Vincent est prototype du projet ZED. Il s'agit d'explorer la possibilité de développer une industrie digitale distribuée dans le cadre de vie d'une périurbanité agréable.

  • BIMBY 3.0 pour une densification periurbaine avec emploi de proximité dans des secteurs d'activités innovants et porteurs,
  • relationnel professionnel d'une métropole proche avec possibilité de tiers lieux partagés occasionnels.
  • souplesse d'emploi du temps opérationnel nécessaire aux activités de services.

Pour l'instant elle est établie dans le cadre du projet BARBLAB au GHM Center. L'objectif initial serait de dresser un annuaire professionnel des "cyberiens" du sud-Pic-Saint-Loup/Jacou/Clapiers. Tout ceux qui ont à voir avec la cybernité quotidienne des résidents et de leurs entreprises.


L'annuaire


ZED - Annuaire : nous avons commencé en utilisant les données de Kompass sur les informaticiens (le but premier est l'infrastructure digitale), auxquels les Vincenots et leurs professionnels (association, domotique, télétravail) peuvet vouloir faire appel : nous l'étendrons du côté des produits numériques, de la domotique, des services en ligne, de la documentation, etc.

Boiteamail.jpg Prendre contact avec le primauteur pour nous aider à rendre cet annuaire plus utile aux habitants et aux entreprises.


INTERPLUS


L'INTERPLUS est une proposition de complément architectural de l'internet présentée par INTLNET dans le cadre du PLUS Institute, membre du GHM Institute et testée dans le cadre du Barblab.

De quoi s'agit-il ?

  • en français : présentation limitée à(aux) utilisation(s) spécifique(s).
  • en anglais : presentation layer on the user side.

Explication

L'architecture des réseaux digitaux est celle d'un emboitement de couches (layers) de services aux services de la couche immédiatement supérieure. La dernière couche est celle des applications à l'utilisation des données par l'homme ou la machine destinatrice. Une couche est spécialisée dans le filtrage (et donc la sécurité) et la bonne mise en forme (nécessairement intelligente) des données entrantes/sortantes en fonction de chaque machine : c'est la couche présentation. C'est la couche n°6 dans la standardisation internationale OSI (modèle de l'OSI produit par l'UIT). Elle a été conçue par deux ingénieurs français : Hubert Zimmermann, maintenant décédé, et Miche Elie de Saint-Clément-de-Rivière.
Cette couche six n'existe pas dans l'architecture Internet : les ordinateurs de l'internet ne sont pas protégés.
L'implication en a été mise en évidence pour tout le monde par les "révélations" d'Edward Snowden quant au parti qu'en tire, par exemple, la NSA. Mais chaque agence de surveillance nationale ou privée fait de même. En France, ceci relève de la Loi relative au renseignement du 24 juillet 2015.

Ce qui a été fait

Tout ce qui a été fait jusqu'à présent dans le monde a été de réglementer l'utilisation légale du résultat des intrusions informatiques possibles (Etats, police); rien n'a été fait pour nous protéger de façon pratique des intrusions informatiques commerciales (cookies, publicité, "big-data", etc.) ou malveillantes (crime, terrorisme). Pourquoi ?
Parce que l'internet ce sont des milliards de machines (processeurs) qui fonctionnent selon un jeu de règles (protocoles) qui a été politiquement imposé depuis 1986 par l'industrie américaine précisément pour retirer les protections de la couche six contre sa dominance commerciale. Toutefois, nos commerciaux ont besoin eux-mêmes de protection contre les oppositions techniques de la concurrence : ceci a conditionné toute la pratique architecturale qui a délégué cette protection aux applications. C'est à dire sur nos machines elles-mêmes, au lieu de l'avoir à leurs portes.
Cela revient, pour une ville fortifiée, à avoir abattu ses fortifications et à faire confiance aux serrures des appartements, et, avec l'internet des objets, aux poignées des portes et aux indications ne pas déranger.

En quoi consiste PLUS

Eboxplus.jpg
PLUS consiste simplement en :
  • le développement d'une machine virtuelle que nous construirons librement selon l'architecture adéquate maintenant établie sur le marché des très grosses applications (niveau WhatApps, FaceBook...).
  • la libre installation de cette machine virtuelle (comme un gadget de portable) par les utilisateurs.
  • une conflexion (réflexion à partir de contributions multiples) et une information permanente.
Son rôle sera de filter tout ce qui tentera de pénétrer en interactif les applications à préserver. Elles ne vont donc plus recevoir que des messages qui auront été traités par la couche présentation "PLUS" (décryptages, traduction, vérification, mise au format, comparaison avec les informations déjà reçues et vos règles de conduite). Toutefois, cette "simplicité" réclame encore beaucoup de travail, des tests de validation en lien avec toutes les industries et assurances concernées, dans le monde entier, et une veille et du développement constant, face aux tentatives adverses et pour répondre aux demandes nouvelles des utilisateurs.

L'opportunité PLUS

La proposition PLUS consiste à permette à chacun de placer un gardien aux portes de chez lui dont le blindage ne pourra faire rentrer que ceux qui répondent aux conditions mises et qui y sont autorisés.
Supportée par des Barbcamps du GHM Center il y a là une opportunité pour Saint-Vincent de Barbeyrargues dont il appartient à sa ZED de tirer parti.
Une suggestion serait celle d'un tiers-lieu semi-virtuel regroupant des ateliers (servlabs) de services à l'INTERPLUS et aux développeurs de l'IDONET (inter-digitalité des objets sous notre exploitation technique), en coopération avec une approche BIMBY 3.0 pour le Barblab.


La région soutient les fablabs et les tiers lieux


La Ré­gion Oc­ci­ta­nie adopte, le 16/12 à Mont­pel­lier, deux nou­veaux dis­po­si­tifs en fa­veur des fa­blabs (la­bo­ra­toires de fa­bri­ca­tion) et des tiers lieux (es­paces de tra­vail col­la­bo­ra­tifs).

  • Un pre­mier appel à pro­jet « Fab Ré­gion », qui vise à sou­te­nir la créa­tion ou l’ex­ten­sion de fa­blabs, est lancé jus­qu’au 24/2, avant qu’un se­cond ne lui suc­cède jus­qu’au 30/6.
  • De même, un appel à ma­ni­fes­ta­tion d’in­té­rêt en fa­veur des tiers lieux est lancé (jus­qu’au 17/3) afin de re­cen­ser les be­soins des ter­ri­toires.

« Avec 9.800 en­tre­prises dans le sec­teur, re­pré­sen­tant 46.300 em­plois, deux clus­ters nu­mé­riques, et deux mé­tro­poles la­bel­li­sées French Tech, la ré­gion dis­pose d'un po­ten­tiel fort en ma­tière de nu­mé­rique, es­time Ca­role Delga, pré­si­dente de la Ré­gion Oc­ci­ta­nie. Elle s'est éga­le­ment vue at­tri­buer le label in­ter­na­tio­nal Fab Ré­gion cet été et a été choi­sie pour ac­cueillir à Tou­louse le Fab14 en 2018. Nous sou­hai­tons ac­com­pa­gner cette dy­na­mique et sur­tout in­ci­ter tous nos ter­ri­toires à s'em­pa­rer du nu­mé­rique pour en faire un vec­teur de crois­sance et d'at­trac­ti­vité. »


Réponse Barblab


Dans le contexte de la "multipartieprenance" identifiée comme l'organisation de la gouvernance de la société de l'information entre :

  • le régalien (Etats et collectivités),
  • le privé (commerce et industrie),
  • les organisations internationales (ONU, standardisation, ONG dédiées à de grandes fonctions)
  • et la société civile (les gens et leurs associations),

la région relève du régalien et le Barblab de la société civile.

Envisager une réponse du barblab serait une occasion d'explorer une approche :

  1. non seulement multipartenaire entre acteurs publics, privés et civils.
  2. mais aussi multiprojet puisque le 'barblab" se positionne à la fois en tant que Fab-lab et en tant que tiers-lieu (barbcamps
  3. et pôle d'innovation par l'exploration vincenote du concept de "mem-lab" par l'Association du Fonds de la Cantarelle (AFC), membre du Centre GHM.

Boiteamail.jpg les personnes intéressées de tous âges et toutes compétences sont bienvenues à se faire connaître.