Histoire et souvenirs

De Saint-Vincent
Version du 9 septembre 2019 à 10:40 par Sysop (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


Le suffixe latin -anicus, employé à l'ablatif, a évolué vers -argues. Le nom d'un domaine gallo-romain appartenant à un certain Barbarius (Barbarianicis) a donc survécu sous le nom de Barbeyrargues.

Puis, vers le VIème siècle, les noms de saints se sont peu à peu imposés, le plus souvent liés à la construction d'un lieu de culte dans les agglomérations héritées ou non de l'occupation romaine. Pour Saint Vincent, le nom initial a été conservé comme déterminant, permettant ainsi de discriminer ce Saint-Vincent des autres Saint-Vincent locaux.



Site de la Mairie

Une histoire de Saint-Vincent est proposée sur le site de la Mairie.

Eglise

Titre : Eglises romanes oubliées du Bas-Languedoc (2e éd. corr. et augm.) / Pierre A. Clément ; photographies, Alain Gas
Auteur : Clément, Pierre-Albert (1924-2014). Auteur du texte
Éditeur : Presses du Languedoc (Montpellier)
Date d'édition : 1993

La question que pose l'Eglise de Saint-Vincent est sa double orientation. Une suggestion vient d'être faite à la pertinence possible de laquelle nous travaillons actuellement.

Catastrophe naturelle

Janvier 1990 à juin 1993 
Reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. Pour mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols. Communes d'Assas, Saint-Clément-de-Rivière, Saint-Vincent-de-Barbeyrargues.


Boiteamail.jpg merci de votre aide pour compléter cette page.